Communiqués et dossiers de presse

Communiqués et dossiers de presse

Communiqué précédent Retour à la liste Communiqué suivant

La FNAIM dévoile sa nouvelle campagne d’adhésion et annonce la création d’un caducée professionnel pour tous les professionnels « encartés »

Communiqué de presse – le 12/02/2019

La FNAIM renouvelle sa communication en mettant l’accent sur son action de défense des intérêts politiques et juridiques des professionnels et sur ses victoires en la matière. Elle annonce aussi la création d’un caducée afin de mieux identifier les professionnels de l’immobilier « encartés ».

Télécharger le Communiqué de presse

La FNAIM, 1ère organisation des professionnels de l’immobilier en Europe, lance ce jour une nouvelle campagne d’adhésion.
Elle y met en exergue, à la fois sa dernière victoire de reconnaissance des titres, mais aussi ses combats historiques tels que la liberté des honoraires ou encore la défense du mandat exclusif, sans oublier ses négociations actuelles et à venir sur la réforme de la copropriété.

Son visuel véhicule l’idée que seule l’union de l’ensemble des professionnels de l’immobilier fait émerger une voix puissante du secteur de l’intermédiation.
L’accroche invite d’ailleurs sans détour à rejoindre la « 1ère communauté des professionnels de l’immobilier en action » et une de ses « 63 Chambres locales » !

Les actions de la Fédération ne se limitant cependant pas uniquement à ce prisme politique, la FNAIM rappelle, en deuxième lecture, qu’elle accompagne ses adhérents chaque jour via une offre de services complète : formation, aide juridique, diffusion d’annonces ou encore offres de partenaires.


La FNAIM tient parole et défend les intérêts de la profession : focus sur ses dernières actions

1/ La FNAIM annonce la création d’un caducée professionnel pour identifier les détenteurs d’une carte d’habilitation aux métiers reconnus par la loi ELAN

Dans sa démarche de clarifier la chaîne de responsabilités des professionnels de l’immobilier, la FNAIM a récemment activé deux actions d’influence :

  • Par l’envoi d’un premier courrier officiel (adressé à la DGCCRF / Conseil Supérieur du Notariat / Conseil National des Barreaux / Chambre Nationale des Huissiers de Justice / Conseil National de l’Ordre des Géomètres Experts / Confédération Nationale du Logement / UFCQueChoisir / SeLoger / ParuVendu / Google / Facebook…) à la manière d’une information juridique, rappelant que le titre d’agent immobilier est protégé et ne peut pas être usurpé. La Fédération rappelle que la distinction juridique est désormais stricte et doit être traduite pour permettre aux consommateurs de connaître plus facilement le niveau de responsabilités de ses interlocuteurs.
  • Par l’envoi d’un second courrier aux Présidents des réseaux d’agences immobilières annonçant le démarrage d’une mission d’identification unique, sous la forme d’un « caducée », afin de faciliter la distinction des professionnels de l’immobilier par les consommateurs. C’est dans cette optique qu’elle a lancé une consultation d’agences de communication spécialisées en image de marque fin décembre. Dans le même temps, elle propose, à ces réseaux immobiliers de s’associer au projet en faisant partie du groupe pilote chargé d’étudier et analyser les propositions.


2/ La défense des professionnels de l’immobilier face aux attaques médiatiques

À la question « Les honoraires des agences immobilières sont-ils excessifs ? », le Président de la FNAIM répond « non ! » :
« L’intermédiation n’a cessé de progresser en France. Selon la dernière statistique des services de l’Etat, 70% du marché est intermedié*. La donnée montre qu’aujourd’hui, le client est avec nous, et reconnait la plus-value de l’agent immobilier.
Les honoraires des agences immobilières se basent sur un service rendu. Le client paye une expertise, une force commerciale, une stratégie de promotion de son bien, une sécurité dans la transaction et surtout, la capacité du vendeur à accompagner et rassurer le client sur un acte décisif. »


* Répartition du marché de la négociation de logements anciens depuis 1945, J. Friggit, CGEDD, octobre 2018

Partager ce communiqué