Les bons choix pour acheter

Acheter un bien immobilier : quels sont les conseils à suivre ?

Que vous soyez propriétaire ou locataire de votre logement, suivez nos conseils pour réussir votre prochain achat immobilier.

Vous souhaitez devenir propriétaire? Posez-vous les bonnes questions avant de vous lancer. Financement, promesse de vente, diagnostics, acte notarié … le tour de la question en fonction de votre situation.

Émission du 11/05/2014

Acheter un logement

Voir les autres vidéos

Vous êtes propriétaire

Dans un premier temps, il vous faut déterminer si vous vendez votre logement avant d’en acheter un nouveau, ou si vous achetez votre nouveau nid avant de vendre votre bien.

Pour vous décider, prenez en compte l’état du marché. S’il y a plus d’acheteurs que de vendeurs, les délais de vente sont courts et tout va très vite. Si votre logement est bien estimé, il y a fort à parier qu’il trouvera preneur facilement.
A contrario, si le nombre d’acheteurs est réduit, le délai de vente va s’étirer. Vous-même, aurez le temps de la réflexion lorsque vous trouverez un logement correspondant à vos besoins, mais vous risquez d’attendre le futur acquéreur plus longtemps.

Quoi qu’il en soit, faites le point sur votre état financier. Être propriétaire de deux logements implique de nombreux frais. Vous devrez par exemple vous acquitter des remboursements des emprunts immobiliers, des impôts locaux (taxe foncière, taxe d’habitation, etc.), des charges de copropriété si votre bien se situe dans un immeuble collectif, assurer l’entretien, souscrire une assurance … et cela, pour les deux logements. Or, plus les délais de vente s’allongent, plus vous risquez de devoir supporter ces frais dans le temps.

Si vous comptez sur la vente de votre premier logement pour acheter le second bien immobilier, vous devez contracter un prêt relais, aussi appelé « prêt achat revente ». Avec ce produit de financement, la banque vous accorde une avance sur la base d’une estimation du produit de la vente de votre bien. D’une durée maximale de deux ans, ce prêt peut coûter cher : lorsque vous vous acquittez de vos mensualités, vous n’amortissez pas de capital et remboursez seulement des intérêts. Le capital emprunté est soldé en une seule fois, lors de la vente du bien. Pour réduire le coût de ce prêt, vous avez donc intérêt à vendre votre logement le plus rapidement possible, et pour cela à l’estimer le plus justement.

Vous êtes locataire

Vous souhaitez investir en achetant un bien immobilier ?

Tournez-vous d’abord vers les établissements bancaires afin de déterminer une enveloppe budgétaire. En connaissant votre capacité d’emprunt, vous pourrez mieux cibler les biens que vous pourrez potentiellement acheter.

Ensuite, faites le point sur votre projet de vie. Mais sachez qu’en moyenne, un primo-accédant occupe son logement durant 7 ans avant de le revendre pour s’agrandir. Certains jeunes ménages n’hésitent pas à s’éloigner de leur lieu de travail pour acquérir quelques mètres carrés supplémentaires. N’oubliez pas de prendre en compte votre budget de déplacement vers votre lieu de travail (voiture, transports en commun…) dans votre plan de financement.

Acheter un bien immobilier : deux documents bien différents

Si avant de signer l’acte définitif d’achat chez le notaire, signer un avant-contrat n’est pas obligatoire, dans les faits, les deux parties en réalisent un quasi-systématiquement. L’avant-contrat peut consister en une promesse unilatérale de vente, ou en un compromis de vente.

La promesse unilatérale de vente engage le propriétaire à vendre son bien à un prix convenu dans cet acte avec le futur acquéreur qui ne s’engage pas définitivement. Moyennant le versement d’une indemnité d’immobilisation, il dispose d’une d’option d’acheter ou de renoncer à son acquisition dans un certain délai convenu entre les parties et qui doit être précisé.

Le compromis de vente comprend deux engagements réciproques : le premier, du vendeur de céder son bien à l'acheteur pour un prix convenu, et le second de l'acheteur d'acquérir le logement. Le vendeur peut exiger le versement d’un acompte, dont le montant est convenu d’un commun accord entre les parties (entre 5% et 10% du prix de vente).

Que ce soit dans le cadre du compromis ou de la promesse unilatérale de vente, l’acheteur et le vendeur peuvent insérer des conditions suspensives qui, en cas de non-réalisation ne feront plus produire aucun effet à leur accord. Par exemple, un acheteur qui aura besoin d’un emprunt immobilier pour financer son achat, signera l’avant-contrat sous la condition suspensive de l’octroi du prêt et mentionnera une date limite d’obtention de celui-ci. En cas de refus de la banque, il sera désengagé, et l’acompte qu’il aurait pu verser sur le prix de vente lui sera intégralement restitué.

Enfin, au terme de la promesse ou du compromis de vente, les deux parties se retrouveront chez le notaire pour signer l’acte authentique de vente. Cette formalité est obligatoire.

Neuf ou ancien ?

Comme toujours en immobilier, choisir entre le neuf et l’ancien dépend avant tout du projet de vie du ménage et de ses goûts.

Généralement les logements anciens se situent dans les centres villes, à proximité des commerces et des transports en commun. Sans défaut majeur (mauvaise répartition des pièces, état général de l’immeuble dégradé etc.), ils se revendent facilement.
À noter : il est possible de réaliser des travaux de performance énergétique dans les logements anciens, et de bénéficier d’un crédit d’impôt développement durable.

Les logements neufs sont souvent excentrés des cœurs des villes. Le prix au mètre carré est généralement un peu plus élevé. Si les « frais » de notaire sont moins élevés (2% à 3 % contre 7% à 8% dans l’ancien), ils sont en revanche assujettis à la TVA. La performance énergétique des habitations est par contre souvent bien meilleure.