Dans l'actualité

Actualité précédente Retour à la liste Actualité suivante

L'amorce d'un redémarrage ?

Immobilier – le 29/04/2013

La FNAIM confirme la baisse des prix de l'immobilier sur l'essentiel du territoire, y compris dans la capitale. Pour la Fédération, cette correction devrait toutefois permettre un redémarrage de l'activité.

L'amorce d'un redémarrage ?

Selon les derniers chiffres de la FNAIM, les prix de l'immobilier ancien ont baissé de 2,8% en moyenne au premier trimestre 2013. Le recul par rapport au trimestre précédent atteint 3,3% à Paris.« Ainsi, le seul marché en hausse forte depuis quinze ans a lui aussi cessé de résister », commente Jean-François Buet sur Challenges.fr. Le président de la Fédération, également cité par L'Expansion, voit toutefois dans ce repli la perspective d'une bouffée d'oxygène : « cette baisse de prix, conjuguée à des taux d'emprunt historiquement bas, devrait contribuer au redémarrage du marché, après une année 2012 frappée par la récession. » Encore faut-il, ajoute Jean-François Buet sur le site internet du Nouvel Obs, que le gouvernement agisse pour relayer l'action du marché : « si une amélioration du régime fiscal du bailleur intervenait, en contrepartie d'un engagement de maîtrise des loyers, il est certain que la relance serait au rendez-vous et que les investissements locatifs iraient bon train ». Ils ne constituent pour l'heure que 10% des achats dans l'ancien chaque année.

Crédit : la baisse ralentit

Faut-il y voir un signe ? Sur la même période, la baisse de la production de crédits immobiliers a ralenti, après une année 2012 en chute libre. « De janvier à mars, précise La Tribune.fr du 23 avril, la production s'est affichée en baisse de 18,8% sur un an. Mais par rapport au trimestre précédent, le montant des prêts immobiliers a reculé de "seulement" 8,7%. » Le creux de la vague semble donc avoir été atteint. Les emprunteurs, rappelle Le Figaro sur la base des chiffres de l'Observatoire Crédit Logement/CSA, bénéficient de conditions exceptionnellement favorables : « En ce mois d'avril, les particuliers s'endettent à 3,02% en moyenne (hors assurance, contre 3,07% en mars et 3,97% en février 2012) pour acheter un logement ».

RT 2012 : coup d'arrêt

Le Conseil d'Etat vient d'approuver un recours déposé par le Groupement interprofessionnel des fabricants d'équipement ménager, qui protestaient contre la méthode de calcul de la Réglementation Thermique 2012. Mais la décision ne concerne que la forme. Pour le Conseil, rapporte en effet Le Moniteur dans son édition en ligne du 24 avril, l'arrêté contesté « ne pouvait être légalement édicté sous la seule signature du ministre de l'Ecologie, du Développement durable et du Logement (...) mais nécessitait l'intervention d'un arrêté conjoint de ce ministre et du ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie ». Pas question pour autant de revenir à la RT 2005, l'annulation ne prendra donc effet que dans trois mois. Sur le fond, le nouveau texte devrait en outre demeurer inchangé. Le Gifam, explique Actu-environnement.com, lui reproche pourtant « d'oublier d'appliquer aux différentes sources d'énergie de chauffage des bâtiments neufs une modulation en fonction de leur impact en termes de production de gaz à effet de serre », défavorisant ainsi le chauffage électrique par rapport au gaz.

Partager cette actualité