Dans l'actualité

Actualité précédente Retour à la liste Actualité suivante

Les enjeux de l'eau

Immobilier – le 08/04/2013

Pour préserver les ressources en eau, le Centre d'analyse stratégique recommande toute une série de mesures budgétaires.

Organisme chargé de conseiller le gouvernement en matière de politique économique, le CAS, explique Batiactu le 5 avril, préconise notamment « de revoir le système de tarification de l'eau potable en augmentant la part variable au détriment de la part fixe de l'abonnement ». En moyenne, le prix de l'eau se situe actuellement aux environs de 3 euros le m3. Le Conseil, poursuit Le Populaire,« recommande également de développer, dans les communes qui présentent des risques de pénurie d'eau et après la réalisation d'études approfondies, une tarification progressive et/ou saisonnière. » Le rapport, également repris par l'Agence France Presse note en effet que si « le territoire métropolitain français est globalement bien pourvu en ressources en eau, il existe de "très fortes disparités", ce qui explique qu'aujourd'hui certaines régions peuvent connaître d'importantes tensions sur la ressource à certaines périodes de l'année ». C'est en particulier le cas des bassins Seine-Normandie, Adour-Garonne et Rhône-Méditerranée, qui pourraient même manquer d'eau à l'horizon 2030.

Hausse modérée

A un an des élections municipales, les collectivités territoriales devraient se contenter d'augmentations modestes de la taxe foncière et de la taxe d'habitation. « Toutes les grandes agglomérations, dont Paris, Lyon, Lille, Toulouse ou encore Nantes, ainsi que de nombreuses métropoles régionales (Rouen, Angers…) ont laissé inchangés les taux appliqués cette année pour la taxe d'habitation et la taxe foncière », rapporte Capital.fr dans son édition du 2 avril. « Cette décision, note le même jour Europe 1 sur son site Internet, relève cependant moins de la logique économique que d'un impératif politique ». « Selon un sondage CSA pour BFMTV et Le Figaro, complète-t-il, les préoccupations des Français pour leur commune portent en priorité sur les impôts locaux (45%), devant la lutte contre la délinquance (37%) ».

Cultiver notre jardin

Les Français profitent davantage de leur jardin que leurs voisins européens. C'est en tout cas ce qui ressort d'une étude menée par l'Ipsos pour le compte de l'Union nationale des entreprises du paysage (Unep). Selon cette enquête, 9 Anglais sur 10 en possèdent un, contre 7 Français sur 10. Mais, constate Batiactu qui détaille cette étude le 4 avril, « les Français et les Allemands, quand le temps le permet, profitent plus de leur jardin (à respectivement 82% et 78%) que les Espagnols (64%) et les Anglais (62%). » En outre, Français et Espagnols considèrent leur jardin comme une véritable pièce supplémentaire et une plus-value immobilière, quand les Anglais ne le placent qu'en troisième position après la cuisine et le séjour et les Allemands ne le voient que comme un lieu décoratif avant tout.

Partager cette actualité