Dans l'actualité

Actualité précédente Retour à la liste Actualité suivante

Immobilier : les propositions du Conseil d'’analyse économique

Immobilier – le 04/03/2013

Organisme chargé de conseiller le gouvernement en matière de politique économique, le Conseil d’analyse économique vient de formuler une série de préconisations relatives au logement.

Au total, les économistes du CAE suggèrent une dizaine de mesures susceptibles, selon eux, de débloquer le marché. Parmi ces mesures figurent notamment des dispositifs de location-accession. « Ces montages, explique Capital.fr le 27 février, consisteraient à offrir une option d’achat aux ménages après plusieurs années de location, les loyers déjà encaissés étant décomptés du reste à payer ». Le rapport du Conseil s’attaque aussi à la fiscalité, poursuit Le Moniteur, et « suggère de supprimer par étapes les droits de mutation à titre onéreux et de réformer la taxe foncière sur la propriété bâtie, en l'asseyant sur la valeur vénale nette des biens (valeur de marché déduction faite des emprunts en cours) ». Parmi ses préconisations, le CAE recommande également de simplifier la réglementation pour mieux maîtriser l’évolution du coût de la construction qui, rapporte Le Figaro, « a augmenté de 48 % entre 2000 et 2011, au lieu de 23 % seulement en Allemagne ».

Énergie positive

Le premier ensemble parisien de logements sociaux à énergie positive vient d’être inauguré. Situé au 7 rue Guénot, dans le 11ème arrondissement, il comporte 17 logements, répartis sur 5 étages et 1033 m² habitables et produit plus d’énergie qu’il n’en consomme pour le chauffage, l’éclairage, l’eau chaude sanitaire et la ventilation : 33,1 KWh d’énergie primaire par m² contre une consommation estimée à 32,6 KWh/m². « Pour atteindre cette performance, expliquent Les Échos du 26 février, ce bâtiment à énergie positive (Bepos) intègre une forte isolation, une toiture solaire de 160 mètres carrés et des innovations comme la récupération de la chaleur des eaux de douche ». Pour Ouerdia Haddad, chargée de l’opération pour la Régie immobilière de la ville de Paris, interrogée par L’Usine nouvelle, « le coût de 3,1 millions d’euros hors taxes de l’immeuble est du même niveau que pour nos constructions habituelles. C’est une bonne surprise, on prévoyait au départ un coût plus élevé de 20 %. »

Photovoltaïque au plus bas

Selon les derniers chiffres de l'Observatoire de l'énergie solaire photovoltaïque, le nombre des raccordements est tombé l’an dernier à un niveau jamais atteint depuis l’émergence de la filière en France, affichant une chute de 33 % par rapport à 2011. « Ce ralentissement vaut pour tous les types d'installations, des panneaux solaires mis sur le toit d'une maison individuelle aux grandes centrales photovoltaïques au sol », souligne Le Figaro dans son édition en ligne du 26 février. « Depuis novembre 2010 et le début de l'important tour de vis sur les bonifications du courant d'origine photovoltaïque, rappelle France 24 sur son site Internet, les tarifs de rachat ont baissé de 45 % pour les installations résidentielles (à 316 euros du mégawattheure), 52 % pour la moyenne toiture (173 euros) et 70 % pour les centrales au sol (82 euros) ». Le gouvernement tente de relancer la filière avec un plan dont les effets ne se feront pas sentir, selon les professionnels, avant l’an prochain. Aujourd'hui, le photovoltaïque représente à peine un peu plus de 0,5 % de l'électricité produite dans l'Hexagone.

Partager cette actualité