Dans l'actualité

Actualité précédente Retour à la liste Actualité suivante

Un pacte pour le logement

Immobilier – le 04/02/2013

En déplacement dans le Val d’Oise, François Hollande a annoncé un pacte avec les acteurs du logement, pour atteindre les 500.000 constructions annuelles promises pendant la campagne électorale

Pour atteindre cet objectif, le président de la République entend s’appuyer sur un ensemble de mesures fiscales et réglementaires. « Nous avons besoin d'investissements privés », a expliqué le chef de l'Etat cité par Challenges le 1er février, ajoutant qu'il ferait « appel aux investisseurs institutionnels, tout ce qui est assurance vie, pour qu'il y ait une meilleure orientation de l'épargne pour faire de l'immobilier ». « François Hollande, ajoute Capital, a également promis de simplifier et de faciliter les procédures liées à la construction de logements et notamment de limiter les recours abusifs dont se plaignent les promoteurs immobiliers ». Dans son discours, également repris par la Tribune.fr, le Président de la République a toutefois d’ores et déjà implicitement admis que l’objectif de 2,5 millions de logements construits d’ici 2017 ne serait pas atteint : « Nous avons un objectif (annuel) de 500.000 logements, il ne sera pas atteint en 2012 et donc nous avons ce devoir (...) d'atteindre cet objectif à la fin du quinquennat ».

Un besoin urgent

Il y a en effet urgence. Selon le 18ème rapport de la Fondation Abbé Pierre, le mal logement s’est encore aggravé en France. Ainsi, rapporte le Moniteur du 2 février, « 685.000 personnes sont dépourvues de logement personnel en France (dont 133.000 sans domicile fixe) mais 3,6 millions sont non ou mal logées et plus de 5 millions sont fragilisées par la crise du logement. » « La situation, note le nouvel Observateur, est particulièrement dramatique pour les ménages les plus modestes, les isolés, les jeunes en difficulté d'insertion, les femmes avec enfants disposant de faibles ressources ». Mais elle devient aussi de plus en plus complexe pour de nombreux ménages bien insérés. « La crise du logement frappe depuis quelques années des personnes dont on pourrait penser qu’elles sont, a priori, protégées par leur situation économique et sociale », explique en effet Christophe Robert, délégué général adjoint de la fondation, dans la Croix. C’est dans ce contexte que Jean-François BUET interpelle les acteurs du logement social : « Ne restons pas candides, posons-nous les bonnes questions et osons ouvrir un vrai débat ». Le Président de la FNAIM rappelle les propositions faites au ministère du Logement, dans ce domaine, notamment « la création d’un « Bail Solidaire » [permettant] aux locataires modestes d’accéder à des logements offerts par des bailleurs qui s’engageraient à pratiquer des loyers modérés. »

Feux interdits

Un arrêté préfectoral prévoit d’interdire les feux de cheminée d’ici 2015 en Île-de-France. « Une partie des 125.000 foyers ouverts de la région situés dans les zones urbaines pourraient être définitivement condamnés, sauf à les transformer en inserts et autres poêles à bois », révèle le Parisien du 27 janvier. « Ces cheminées sont en effet accusées de polluer massivement l’air extérieur et intérieur », explique 20 minutes. «D'après Airparif, l'organisme chargé de surveiller la qualité de l'air en Île-de-France, poursuit Europe 1 sur son site Internet, une cheminée émet autant de particules fines dans l'atmosphère que le pot d'échappement des voitures. » Toutefois, souligne le Journal du Dimanche, «les communes rurales de la grande couronne ont déjà obtenu d’être exemptées […], ce qui va considérablement diminuer l’impact de la mesure. »

Partager cette actualité