Dans l'actualité

Actualité précédente Retour à la liste Actualité suivante

Le PTZ+ nouveau est arrivé

Immobilier – le 02/01/2013

La réforme du Prêt à taux zéro entre en vigueur ce 1er janvier. Contrairement à ce qu'avaient laissé espérer certaines informations, il ne concerne finalement que les logements neufs.

Objectif affiché du nouveau PTZ+ : renforcer l'accession à la propriété des ménages les plus modestes, qui pourront, selon un communiqué du ministère du Logement, « bénéficier d'un différé de remboursement de 100% ». « Les foyers qui se trouvent dans la tranche la plus basse des revenus, explique ainsi Libération le 30 décembre, pourront ne commencer à rembourser leur prêt qu'après une durée de 14 ans. Ce délai est de 5 ans pour les ménages situés dans la tranche juste au-dessus. » Pour mémoire, les plafonds de ressources varient selon la composition du foyer et la zone géographique. Enfin, pour être éligibles au nouveau PTZ+, les logements devront respecter une condition de performance énergétique : la réglementation thermique 2012 (RT2012) ou, pour les logements ayant fait l'objet d'un dépôt de permis de construire avant 2013, l'obtention d’un label BBC 2005.

Scellier-Duflot

Même si le Scellier reste actif jusqu'au 31 mars pour tous ceux qui avaient réservé leur logement avant le 31 décembre, ce 1er janvier marque également l'entrée en vigueur du nouveau dispositif d'aide à l'investissement locatif, toujours dans le neuf : « le Duflot, rappelle l'Union de Reims dans son édition en ligne du 30 décembre, est assorti d'une réduction d'impôt […], de 18% sur neuf ans, calculée sur un investissement maximal de 300.000 euros ». Les conditions sont plus strictes, observe Métro. « Les acheteurs doivent investir dans des zones sous tension – région parisienne, grandes villes – et pratiquer des loyers 20% plus bas que le prix du marché ». Le propriétaire s'engage en outre à louer son logement pendant une durée minimale de neuf ans.

Les limites des réquisitions

Les réquisitions de logements annoncées voici quelques semaines par le gouvernement semblent retardées. « A Paris, 44 bâtiments vacants ont été identifiés, et des lettres recommandées envoyées le 5 décembre aux propriétaires visés », annonce pourtant le Figaro du 28 décembre. 80 adresses supplémentaires ont également été répertoriées en Île-de-France. Mais, interrogée sur Europe 1, la ministre a reconnu que « la procédure, longue et complexe, n'aboutirait finalement pas avant la fin de l'hiver ». « En effet, explique Daniel Canepa, le préfet de Région interrogé par le Parisien, ces lieux actuellement vides — bureaux ou logements — doivent répondre à un certain nombre de normes de sécurité. Des travaux seront alors parfois nécessaires avant qu’ils puissent être réhabilités puis occupés ».

Partager cette actualité