Dans l'actualité

Actualité précédente Retour à la liste Actualité suivante

Mobilisation générale

Immobilier – le 03/12/2012

Seize organisations professionnelles du secteur du logement et de la construction, dont la FNAIM, viennent d'envoyer un document de quatre pages au gouvernement. Ils y formulent des propositions afin de trouver un « nouveau souffle » pour le logement.

Le document, envoyé notamment au Premier ministre, rapporte le Moniteur du 30 novembre, « dresse un état des lieux du secteur et liste les points vitaux à traiter, selon les professionnels, pour relancer la filière ». Afin d'atteindre des objectifs que les dernières mesures rendent selon eux improbables – construction de 500.000 logements par an et rénovation thermique de 500.000 autres – les signataires détaillent quatre propositions incontournables, résumées par Batiactu : « Abaissement de la TVA de 7% à 5% pour les travaux du bâtiment […], réforme profonde de l'éco-PTZ […], redonner de l'ampleur au PTZ+ […], lutte contre la concurrence déloyale ». Le calendrier de la démarche a été accéléré par rapport à l'échéancier initial. Les parlementaires entament en effet ce 3 décembre les débats où doit être évoquée l'évolution de la TVA.

Avant la fin de l'année

Les premiers logements vides seront réquisitionnés dans le mois qui vient. C'est ce qu'a annoncé Cécile Duflot, au cours de la visite d'un centre d'hébergement d'urgence pour sans-abri. « Trois lettres sont sur le point d'être envoyées aux préfets des régions les plus tendues en matière de logements, Île-de-France, Rhône-Alpes et PACA, pour se mettre en situation de procéder à des réquisitions d'ici la fin de l'année », relate notamment l'Expansion dans son édition en ligne du 29 novembre. « Précision de taille, ajoute RTL.fr : les particuliers ne seront pas concernés. Pour l'instant, ces réquisitions visent uniquement des bâtiments qui appartiennent à des personnes morales. Autrement dit, des administrations, des banques ou des compagnies d'assurances ». On dénombrerait aujourd'hui 2 millions de logements vides en France, dont les 2/3 appartiendraient à des personnes morales.

Diagnostiqueurs : mauvaises perspectives

Le chiffre d’affaires des diagnostiqueurs immobiliers devrait connaître une baisse de 3 % cette année, et enregistrer un nouveau recul de 4 % en 2013, selon les prévisions de l'Institut d’études économiques Xerfi. Parmi les raisons de cette baisse, le ralentissement du marché immobilier. En effet, explique Batiactu, « les diagnostiqueurs réalisent plus de 85% de leur chiffre d’affaires avec les diagnostics obligatoires à effectuer lors d'une vente ou d’une mise en location ». En outre, poursuit le nouvel Obs sur son site Internet, « les prix des prestations des diagnostiqueurs immobiliers n'ont cessé de diminuer depuis quelques années », notamment en raison d'une offre surabondante.

Partager cette actualité