Dans l'actualité

Actualité précédente Retour à la liste Actualité suivante

La part belle au logement

Immobilier – le 12/11/2012

Selon l'Insee, la consommation des ménages a augmenté de 0,1 % en septembre et de 0,2 % sur l'ensemble du 3ème trimestre. Ce léger rebond est essentiellement porté par les dépenses liées à l'équipement du logement.

Les acquisitions de produits fabriqués ont stagné et les achats de produits alimentaires ont légèrement décru. Mais, relate le Parisien, « le profil d'ensemble est notamment marqué par les achats en quincaillerie-bricolage ». Ces tendances confirment une autre étude, menée par l'Ifop pour la Fédération des magasins de bricolage (FMB), qu'évoquent les Échos. « Publiée la semaine dernière, celle-ci mettait en effet en évidence que 71% des Français envisagent de faire des travaux dans les deux prochaines années ». Toutefois, après deux années consacrées à l'amélioration de l'intérieur, les travaux projetés portent désormais davantage, selon l'étude, sur les économies d'énergie. En outre, ajoute le quotidien économique, « les Français semblent plus portés [...] à mettre la main à la pâte […] plutôt que de dépenser en faisant appel à des professionnels ».

L'inquiétude des artisans

Le passage annoncé à 10 % de la TVA à taux réduit à partir du 1er janvier 2014 inquiète donc les artisans. Patrick Liébus, président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), considère par exemple le 7 novembre, dans Capital.fr que « cette mesure irresponsable pourrait coûter 18.000 emplois aux petites entreprises artisanales ». De son côté, poursuivent les Échos, « La Fédération française du bâtiment juge que la hausse, qui s'appliquera entre autres sur les travaux d'entretien et de rénovation des logements, « aura des effets catastrophiques sur l'activité et l'emploi, provoquant inévitablement un retour massif du travail au noir ». La FFB avance le chiffre de 20.000 pertes d'emploi et craint, ajoute le Figaro, « que cette mesure ne marque la fin des engagements en faveur de la rénovation énergétique de 500.000 logements par an ».

Duflot outre-mer

Le futur dispositif de défiscalisation comportera un volet dédié aux investissements dans les Dom-Tom. Après un temps d'hésitation, le doute a été levé par Victorin Lurel, le ministre des Outre-mer. Simultanément, un rapport sénatorial, repris par Batiactu le 8 novembre, confirmait l'efficacité de ce type de dispositif, estimant que « la mise en place d'un dispositif de défiscalisation spécifique au logement social [...] allait dans le sens préconisé, étant donnés les besoins énormes des DOM-TOM : plus de 70.000 logements sociaux, et jusqu'à 100.000 si l'on prend en compte Mayotte, dont le parc actuel est quasiment inexistant ». D'après le quatrième Observatoire de la clientèle patrimoniale, réalisé par l'Ifop pour l'Union financière de France, près d'un investisseur sur deux (44 %) est d'ailleurs séduit par le futur dispositif Duflot et considère le moment propice aux investissements dans l'immobilier locatif. « L'immobilier neuf séduit pour ses perspectives de rentabilité, explique Boursorama.com, le rendement s'imposant désormais comme un critère majeur de choix pour ces investisseurs ».

Partager cette actualité