Dans l'actualité

Actualité précédente Retour à la liste Actualité suivante

Rénovation énergétique : les copropriétés aussi

Immobilier – le 15/10/2012

La rénovation énergétique peine à prendre son essor dans les copropriétés. Pour remédier à cette situation, le Bipe, cabinet de conseil en stratégie, suggère plusieurs pistes.

Selon un rapport de l'Observatoire prospectif de la Rénovation énergétique des logements en copropriété (Orec) détaillé par Batiactu le 9 octobre, « le gain d'énergie dans les copropriétés sera de 15 % entre 2010 et 2020, loin des 38 % fixés comme objectif du Plan Bâtiment pour le parc immobilier français ». Parmi les freins identifiés par l'Observatoire, la complexité du processus de décision et une mauvaise connaissance des dispositifs d'aide, des solutions techniques et de leurs performances. Le Bipe, qui a lancé l'étude, suggère plusieurs pistes pour débloquer la situation. « Un fort travail pédagogique est donc a? engager », explique ainsi le Moniteur. « L'Orec propose [également] d'associer rénovation énergétique et confort pour donner une plus-value à ces travaux, et de les associer au maximum à d'autres interventions ». L'enjeu est de taille : on dénombre environ 8 millions de logements en copropriétés.

Démarrage difficile

Au même chapitre, le programme « Habiter mieux » peine à trouver son rythme de croisière. « Destiné à identifier, puis à aider les propriétaires-occupants modestes, rappellent les Échos du 11 octobre, [il] a permis depuis le début de l'année la rénovation de 6.336 logements sur toute la France (13.027 depuis son démarrage en 2011) ». L'objectif est de rénover 300.000 logements d'ici 2017. Sous la houlette de l'Agence nationale de l'habitat, le programme « propose de subventionner, à hauteur de 40%, des travaux d'amélioration comme l'isolation des combles et le changement de chaudière », a expliqué à l'AFP Isabelle Rougier, directrice générale de l'Anah. « Le public ciblé a des revenus très faibles – le plafond est de 13 000 euros par an pour deux personnes, complète la Gazette des communes, mais c'est surtout le repérage des ménages qui s'avère le plus compliqué ». Les résultats qualitatifs sont pourtant excellents. Le gain énergétique moyen atteint 39 % et 90 % des logements rénovés ont changé d'étiquette de DPE.

IRL : ralentissement de la hausse

L'insee vient de communiquer l'Indice de référence des loyers pour le troisième trimestre 2012 : 123,55. « Sur un an, relève 20 minutes le 12 octobre, il augmente de 2,15%. […] Au premier trimestre 2012 la progression de l'IRL avait été de 2,24%, soit la plus forte hausse depuis le premier trimestre de 2009, puis avait légèrement ralenti au deuxième trimestre (2,20%) ». L'indice sert de référence pour la révision des loyers d'habitation pas les bailleurs privés. « Par comparaison », indique le Point sur son site Internet, «l'indice des prix à la consommation affichait une progression de 1,9% sur 12 mois à fin septembre ».

Partager cette actualité