Dans l'actualité

Actualité précédente Retour à la liste Actualité suivante

Impôts locaux

Immobilier – le 17/09/2012

En 2012, la taxe d'habitation va augmenter de 1,7 % en moyenne dans les 41 plus grandes villes de France, pour atteindre un montant moyen de 1005 €. Payée par les seuls propriétaires, la taxe foncière enregistre une hausse plus forte : 2,6 %

« Des hausses importantes certes, note Challenges dans son édition en ligne du 12 septembre, mais moins fortes que les coups de bambous infligés les années passées (par exemple, + 3,5 % en 2011 et + 5 % en 2009 pour les deux taxes) » . Le phénomène est « assez classique à deux ans des prochaines municipales », estime Nicolas Laroche, auteur de l'étude, joint par Métro. Parmi d'autres, la Tribune.fr dresse le tableau des bons et des mauvais élèves : « Les communes les plus touchées par l'augmentation de la taxe d'habitation sont Caen (+7,4 %), Montpellier (+4,9 %) et Rennes (3,8 %). Alors qu'en bas de tableau, le sud-ouest est à l'honneur avec Toulouse (+1,2 %) et surtout Perpignan qui ne voit sa taxe d'habitation progresser que de 0,3 % en 2012 ». En ce qui concerne la taxe foncière, complète BFM TV sur son site Internet, « Clermont-Ferrand se distingue avec une augmentation de 7 %, suivi d'Amiens et Perpignan (+4,4 %), Metz (+4,2 %) et Orléans (+4 %)».

Guichet unique

Un « guichet unique de la rénovation » va bientôt voir le jour. C'est en tout cas ce qu'a annoncé le Premier ministre en conclusion de la conférence environnementale. « Son rôle ?, s'interroge Le Télégramme du 16 septembre : conseiller les ménages qui souhaitent mettre leur habitation aux nouvelles normes énergétiques ». Ce guichet regroupera l'ensemble des organismes intervenant dans le financement (Anah, Anru...) A ce propos, ajoutent Les Échos, « le gouvernement veut créer un système de « tiers-financement » : un prêteur financera les travaux et se rémunèrera sur les futures économies d'énergie. » Lors de cette même conférence environnementale, rappelle Batirama, « le président de la République François Hollande a demandé qu'un million de logements par an (neufs et anciens) soient portés à un haut niveau énergétique, un objectif jugé très ambitieux. » Le bâtiment représente 40 % de la consommation d'énergie en France et produit environ 20 % des émissions de gaz à effet de serre.

Chaud et froid

Sous les effets de la crise économique, le marché du chauffage devrait se dégrader d'ici à 2013. C'est ce qui ressort d'une étude du cabinet Xerfi, qu'analyse Batiactu le 11 septembre. Le secteur devrait cependant rebondir au 2nd semestre de l'an prochain, notamment grâce à l'entrée en vigueur de la RT 2012 et à une reprise du secteur de la construction. « Certaines familles de chauffage devraient tirer leur épingle du jeu, notamment les pompes à chaleur dont les ventes dépasseront les 68.000 unités d’ici à trois ans (+9 %), relate la newsletter. En revanche, les appareils de chauffages électriques (radiateurs et chauffe-eaux) devraient être victimes d’une baisse importante de leurs ventes dans le même laps de temps avec 2,5 millions d’unités vendues (-13,5 %) ».

Partager cette actualité