Walkability

Proximité, walkability et logement : une nouvelle tendance en marche

Chacun sait que l’environnement d’un bien, sa situation proche des commerces, des écoles ou des transports sont des composantes de sa valeur et apparaissent comme des critères de choix importants pour les consommateurs.

Par ailleurs, dans un contexte où la réflexion sur la proximité et la ville durable a été intégrée dans l’aménagement des grandes métropoles internationales, la notion d’accessibilité piétonnière ou walkability commence à faire son chemin. Une tendance déjà implantée outre-Atlantique qui ne devrait pas tarder à mettre les pieds en France.

Quand mobilité et proximité entrent dans l’équation logement

Bruno MARZLOFF, sociologue spécialisé dans les enjeux de mobilité, souligne que « C’est à partir du logement que s’organise l’aire de vie, une notion que l’on réinterroge à l’aune d’une forte dispersion de nos parcours. Les déplacements domicile-travail cristallisent des enjeux de qualité de vie, d’économie, d’environnement, d’aménagements territoriaux. Ils façonnent le territoire et l’urbanité. ».

En effet, le temps de trajet entre le logement et le lieu de travail, l’école ou les commerces est un facteur décisif dans les arbitrages de nos concitoyens quand ils se posent la question de leur lieu d’habitation. D’où l’importance du quartier et son environnement direct comme critères de choix de son logement.

Aujourd’hui, valoriser un bien à vendre ou à louer par rapport à sa proximité directe des commerces, des transports et des services urbains est désormais possible et quantifiable grâce à Walkscore, un site Internet créé par des New-yorkais, permettant de calculer le taux d’activités auxquelles un usager peut prétendre sans forcément utiliser sa voiture ou les transports en commun – c’est-à-dire l’accessibilité des commerces, restaurants, écoles, parcs, etc. – à pied, autour d’un lieu précis. Le site attribue ce que l’on pourrait appeler une note de mobilité piétonnière : le walk score ou indice de « marchabilité ».

Calculer l’accessibilité piétonnière de votre logement

Le walk score est un système qui évalue l’emplacement d’un bien en lui attribuant une note de 0 à 100.

Celle-ci prend en compte le rapport entre les services de proximité (commerces, parcs, restaurants, hôpitaux, écoles…) et la densité de population, la présence de trottoirs et de pistes cyclables, la mixité des activités et l’accès aux transports en commun.

Concrètement, il suffit d’entrer une adresse dans un moteur de recherche qui localise alors le quartier et les commodités avoisinantes sur une carte. Vous découvrez alors si le lieu choisi est favorable aux piétons.

Si votre score est compris :

  • entre 0 et 50, seuls quelques lieux sont accessibles à pied mais pour la majorité des trajets, la voiture est indispensable;
  • entre 50 et 70, la moitié des trajets nécessite la voiture ;
  • entre 70 et 90, l’accessibilité piétonnière est bonne ;
  • entre 90 et 100, vous n’avez plus besoin de voiture.

Le tout est représenté sur une carte dynamique qui est sans cesse en évolution selon les données fournies par les usagers du site.
Sur cette carte apparaissent, entre autres, les itinéraires à pied, leurs obstacles à contourner, les accès à pied vers les transports publics, les ressources du quotidien accessibles et identifiés via un isochrone représentant les minutes de marche depuis un point donné.
La société a également décliné ce système de notation en ce qui concerne l’accessibilité des pistes cyclables le bike score et des transports en commun : le transit score.

Quels avantages utilisateurs ?

Aux États-Unis, pays de la culture automobile, la tendance de la walkability fédère de plus en plus de communautés par villes, notamment via Facebook.

En effet, au-delà du simple impact sur leur choix de résidence, les membres sont séduits par l’esprit de cohésion de voisinage, la démarche environnementale et le plus santé. En outre, ils y voient plus largement un intérêt financier.

Côté professionnels de l’immobilier, Walk Score propose différents widgets à intégrer sur les sites des agences ou les réseaux sociaux : carte interactive avec géolocalisation des commodités avoisinantes (distance et temps de marche compris), badge avec la note d’accessibilité du bien, possibilité pour le professionnel d’être référencé sur le site walkscore.com et de se démarquer.
Des outils simples à mettre en place qui apportent une valeur ajoutée aux annonces des biens mis en ligne. Le modèle américain s’est déjà exporté en Australie et au Canada, notamment sur le site www.realors.ca. En ce qui concerne la France, s’il existe des informations, celles-ci ne sont encore que partiellement complètes. À suivre donc…